Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que disent la Presse et les blogueurs ?

Comme il faut bien que quelqu’un s’occupe de mon immarcescible gloire, et que par ailleurs la sagesse populaire veut qu’on ne soit jamais aussi bien servi que par soi-même, voici les premiers retours sur Le Régisseur, paru le 3 juin dernier aux éditions de l’Archipel.

Le Télégramme du 5 juin, un long article de Jacques Chanteau, axé sur le fonds de l’affaire.

[...]Votre livre « Le régisseur » est un roman mais les faits et les personnages sont bien réels ?

C’est un roman dans la mesure où je ne raconte pas toute l’histoire et toute l’enquête. Je ne raconte que des faits que j’ai personnellement vécus et le point de vue d’un personnage, celui de Marie. J’ai changé les noms mais tous les faits sont rigoureusement exacts et le point de vue est totalement subjectif, ce qui en fait un roman. Et puis l’intervention de René est totalement romanesque, c’est-à-dire que je n’ai pas entendu René me raconter tout ce que je lui fais dire. Mais je pense être arrivée assez près de ses mots, de sa voix, de sa gouaille et de son côté un peu bad boy ».[...]
L’article complet est ici.

Jean Michel Isebe, sur son blog Polarmaniaque dit ceci le 6 juin :

Début des années quatre-vingt, souvenez-vous, un pitre talentueux remplit les salles et les tournées, il s'appelait Coluche et son régisseur René Gorlin; Ce dernier est retrouvé assassiné en lointaine banlieue et tout de suite, la piste politique paraît s'imposer car figurez vous que Coluche a décidé de se présenter aux prochaines présidentielles et que son aura et un ras-le-bol généralisé des politiciens professionnels d'une importante partie de la population rend menaçante sa candidature. Mais très vite aussi, les policiers dont le commissaire Perrin, vont s'intéresser à l'entourage proche de René, notamment Marie sa maîtresse, enceinte de ses oeuvres. Marie est la narratrice de cet opus et le lecteur va suivre intensément ses changements d'humeur, ses revirements, ses angoisses, bien soutenue qu'elle est par sa mère. Et, très original, certains passages évoquent les réactions de l'au-delà de l'âme de René qui ne supporte pas d'être mort et s'en excuse auprès de Cocotte, sa Marie tant chérie en dépit de leurs amours tumultueuses.[...]
La chronique au complet c'est ici !

Thomas Bauduret, sur K-libre écrit une chronique tagada-pouët-pouët très... chaleureuse et pleine d'un sérieux teinté d'humour. Lisez donc pour savoir pourquoi c’est tagada-pouët-pouët :-)

Dans l’Huma, " C‘est l’histoire d’un mec... "par Philippe Pivion et chronique en miroir, un renvoi sur cet article, sans compter son commentaire, sur La Faute à Diderot :

 

https://lafauteadiderot.net/L-histoire-d-un-mec-et-d-un-crime et là, c’est toujours l‘histoire d’un mec... forcément.  Mais aussi d'un crime, et je suis bien d'accord.

 

Anagnoste, (pour les paresseux, histoire de vous éviter le recours au dictionnaire, l’anagnoste est l’esclave qui fait la lecture pendant les repas des praticiens).  C’est l’histoire d’une nana (on change de point de vue, c’est bien)

Tag(s) : #pages
Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :