Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendors-toi, tout va bien
Agnès Laurent

Plon 2021

Argh :  voilà un roman tout bonnement diabolique. S’exprimer sur cette lecture sans spoiler, (je n’apprécie guère le chichiteux « divulgacher ») est tout bonnement une gageure. Essayons néanmoins de vous convaincre de ce qu’il a de fascinant.
Un couple : Guillaume et Christelle. Deux adorables petites filles, une maison impeccable, une vie tranquille. Trop tranquille ? Le roman commence soft, passant du regard d’une voisine à celui d’un ami, du bristotier à la belle-sœur... De loin, tout va bien. Mieux que ça : si seulement Christelle se donnait un tout petit peu de mal pour être plus pimpante, leur couple serait idéal. Toutefois...
Oui, forcément, il y a un toutefois... Plus on s’approche et plus les apparences s’effritent. Oh, pas tout de suite. Cela commence avec les gendarmes qui débarquent et cueillent Guillaume à son arrivée au travail, tôt le matin. Pauvre Guillaume, rien dans sa vie pépère de directeur financier d’une pêcherie ne l’avait préparé à ce que représente une garde à vue musclée. Ou bien est-ce que ça débute sur la fuite affolée de Christelle ? Mais que peut-elle fuir ? Et qu’est-ce que les gendarmes demandent vraiment à Guillaume ?
Il va être impossible d’en dire plus si je veux vous garder le mystère. Moi, il m’a fallu 169 pages pour comprendre, pour commencer à comprendre...
Premier roman ? On peine à le croire. La construction du suspens est si maitrisée qu’il confine à la machinerie de précision. L’étude psychologique est imparable, et si ce roman ne répond pas à toutes les questions que vous vous êtes posées, il offre quelques réponses à un insondable mystère sur lequel, je vous promets, vous vous êtes interrogé. Forcément ! . Je vous JURE que vous vous les êtes posées, ces questions, un beau jour : en écoutant la radio, en regardant la télé, bref... abasourdi, forcément, par la relation d’un fait divers particulièrement ... (non je ne dis rien, je vous ai promis).

Agnès Laurent entre directement dans la cour des grands : le roman français vient de voir naître un nouvel auteur remarquable. Devinez quoi ? C’est une femme. Et si la distinction entre écriture féminine et masculine est une grosse ânerie, l’œil lui...  et son regard incisif nous réserve d’autres surprises au vitriol, j’en fais la prédiction.

Tag(s) : #critiques
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :