Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un Pied au Paradis
Ron Rash
traduit par Isabelle Reinharez
Folio 2019 (Le Masque 2009- Livre de poche 2011)

 

Un pied au Paradis est une formidable scène de théâtre. Les personnages se présentent à vous, vous offrent leur regard sur l’histoire et si vous êtes attentif, vous assistez à une projection au cours de laquelle  se chevaucheront les récits.
Il y a Bill et Amy qui désirent un enfant car c’est inscrit dans l’époque, 1950 et quelques, la société et l’instinct de reproduction, si puissant que de ne pouvoir y répondre est une douleur insupportable. Douleur qui peut vous conduire à de surprenantes extrémités. Si Bill souffre des séquelles d’une polio, il travaille dur sur ses terres de Caroline. Ils ne sont pas riches, mais pourraient presque être heureux tant la beauté d’Amy réjouit son époux.
Il y a Will, leur voisin, qui depuis son retour de la guerre de Corée cherche la bagarre et noie son désespoir amer dans le mauvais whisky. Qui un jour tombera sous le rayon solaire de la beauté d’Amy.
Lorsqu’il disparait, sa mère prévient le shérif de ce conté rural. Le coup de feu qu’elle a entendu en matinée, l’absence de son fils dont la voiture est abandonnée dans la cour de leur ferme : elle sait qui a tué et pourquoi. Mais voilà, sans cadavre il ne peut y avoir de fin à cette absence. Ni d’enquête.
On entre dans le récit par une série de suspens emboités qui transforment le roman en poupée russe qui pourrait ne jamais en finir. Car le shérif cherche le cadavre, le mari regarde le ventre de sa femme, et elle, va chercher conseil chez la guérisseuse un peu sorcière. Et puis il y a la menace, qui vingt ans plus tard enfin se concrétise, quand l’eau de la rivière, arrêtée par le barrage, monte, noie le cimetière, fait flotter certains cercueils, et détruit un passé aux racines séculaires.
C’est un beau roman dont le style souple, incarné dans un parler populaire, chante ou grince, grogne, gémit, menace et pleure.
Le passé ne meurt jamais, les vérités émergent un jour, beau ou mauvais.
Ce roman, paru en 2002 aux USA annonçait le talent tout à fait singulier de Ron Rash. Même traduit, cet auteur a une voix, qui sait faire chanter la forêt et les nuages, la peine dans le cœur des humains. Le lire est un émerveillement pour qui est attaché à l’écriture et un plaisir pour ce qui est du voyage au cœur d’une Amérique profonde disparue. Et pour Un Pied au Paradis, vous l’entendez forcément : il y en a un… en enfer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :